Section de Montpellier

Section de Montpellier
Accueil
 
 
 
 

Contribution de Jean-Louis Marsicek

Voici ma contribution:

Je m'inscrits complètement dans la perspective exposée par Henri Malberg dans L' huma de
ce lundi 3 octobre 2016, à savoir choisir le 5 novembre un candidat communiste pour porter notre
orientation de rassemblement majoritaire dans l'optique non d'imposer ce candidat en tant que tel
mais la vision qu'il porte. L'objectif étant que le candidat de rassemblement in fine choisi défende le
projet progressiste commun.

Pourquoi cette démarche? Outre les raisons invoquées par H. Malberg faire différemment
accréditerait l'image fortement répandue dans les médias dominants et de trop nombreux secteurs
de la société que le PC n'est plus qu'un parti croupion ne survivant qu'en tant que parti d'appoint et
n'ayant définitivement plus rien à proposer. La personnalisation du scrutin implique que nos idées
soient incarnées par un candidat: c'est déplorable, mais c'est ainsi. Nous oublions trop souvent que
nous sommes sur la SCENE politique et que là se joue la REPRESENTATION et son issue: des élus ou
pas. Cette contradiction avec notre volonté de faire de chaque citoyen un acteur est dialectique: en
mouvement. Pour avancer vers cet objectif il faut connaître à fond la topographie du champ de
bataille, le contraire implique la défaite.

Dans cette optique André Chassaigne me semble -jusque dans son physique- la personnalité
la mieux choisie. D'ailleurs, le score obtenu par Jacques Duclos tenait sans doute autant à son
PERSONNAGE , j'utilise à dessein ce terme plutôt que celui de personnalité, qu' aux idées qu'il
défendait.

Enfin le candidat commun si nous parvenons à l 'imposer devra réellement s'exprimer
comme un candidat commun.

Pour terminer, la question des législatives devra être réglée dans l'accord sur le candidat
commun.

Jean-Louis Marsicek.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.